• Seule face à moi même

    Quand le monde vous oublie, quand vous êtes seule face à votre propre solitude, quand vous avez l'impression d'être transparent à vous même, vous réagissez comment ?

    Effectivement chacun a différentes manières de réagir face à ces sensations de vide, d'oublie. Certains noieront leur chagrin dans l'alcool, d'autre iront faire un footing, bcp oublieront tout ceci dans un pot de glace devant un dvd. Et bien moi, j'ai plusieurs recours; régulièrement, je fais une crise musicale, je file à la fnac et je m'achète un ou deux albums, parfois plus, aujourd'hui ça a été 6! :s  (ah oui, petite extrapolation, alors j'ai acheté :
    - l'album de 'Joseph d'Anvers'
    - un d'Arsenal'
    -
     un de 'Mode'
    -
    un de 'Oddjob Koyo'
    -
    une compil 'Paris Café Music' 
    - un album de 'Matthew Shipp'  )

    Comme je disais, j'ai différentes réactions face à la solitude, mais toujours un point commun: la marche! Quand je ne vais pas bien, j'ai systématiquement besoin de marcher, ou de courir. Alors régulièrement quand je suis extrement énervé je vais courir ça me calme. Sinon j'adore flaner seule, marcher, marcher, sans savoir exactement où je vais, sans avoir de but. J'aime voir la vie défilée sous mes yeux, observer les gens vivre, me sentir extérieure à cette vie, simplement observatrice. Nous n'ouvrons pas assez les yeux face à ce monde, à cette vie qui se déroule sous nos yeux et dont nous sommes les acteurs; parfois il est bon de regarder notre vie comme un film. Enfin bon, là j'estrapole encore une fois.

    Mes autres réactions? ah oui, mon Champion. Effectivement, j'adore aller au Champion du centre ville avant la fermeture, et encore une fois observer tout ces gens. Trainer entre tous ces rayons, recroiser des personnes qu'on connait (parfois on a de bonnes surprises ;) et en rencontrer d'autres. ENfin j'adore ce Champion! Paradoxal, je sais! Tiens ça me fait penser à qqch; un jour, l'être que j'aime a prononcé le plus beau compliment que personne ne m'a jamais dit 'Tu es un paradoxe à toi toute seule'...Je crois qu'on ne peut pas mieux me définir. Ah tu me manques...Enfin bon, justement j'écris pour oublier que tu me manque, car c'est également qqch que j'aime faire quand je suis mal. J'écris, j'écris bcp, ça me vide la tête, enfin non, je vide ce qu'il y a dans ma tête sur les touches d'un clavier. Alors, vous êtes certainement en train de vous dire que je vous raconte des stupidités énormisismes, eh bien, ce n'est pas faux, mais ça me vide la tête, de parler de banalités. Comme ça, comme ça vient, à l'état brut, ça fait du bien, je crois même qu'on peut y trouver un certain plaisir. Cela doit venir de mon égocentrisme démesurer, ce besoin de parler de sois même, mais je pense que ces mots sont une thérapie, un bon moyen de me connaitre moi même, ça m'évite bien des séances de psy je présume.

    Ah je mécoute le volume 1 de la 'Musique de Paris Dernière', une compilation réalisée en plusieurs volumes par Béatrice Ardisson, pas mal du tout, ce ne sont que des reprises, très diverses, dans des styles complètement foisonnants. ça me fait penser qu'il y aura bientot le concert de Pink Martini, en parlant de concert, je vais aller voir samedi "Les signes du K-Haut" à la coopé, une soirée où se réunisse Bumcello, Kaolin, Kunamaka et Kafka, nouveau concept très intimiste, je sens qu'il va y avoir du bon son!

    Ouh, je me suis bien vidée l'esprit, ça fait du bien, sur ce, je file écouter mon tas d'albums. Je précise qu'il doit y avoir bcp de fautes d'orthographe ou/et de style dans ce récit, mais j'ai une énorme flème de me relire...
    Bonne soirée à vous tous !


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :